Pourquoi se chauffer au bois ?

Le bois-énergie est la première des énergies renouvelables en France. Il désigne l’utilisation du bois en tant que combustible, employé sous différentes formes : plaquettes forestières, produits connexes de scierie, produits bois en fin de vie, granulés, bûches, dans des installations domestiques, industrielles ou collectives. Le bois énergie permet de produire de la chaleur renouvelable ou, plus rarement, de l’électricité par cogénération.

Titre
Le bois énergie en Île-de-France

Corps

Parmi les énergies commercialisées, le bois de chauffage est considéré comme l’énergie la plus accessible avec un prix presque 2 fois inférieur à celui du gaz. En Île-de-France, 800 000 ménages utilisent le chauffage au bois (soit 16% des ménages franciliens). Autre usage possible : le chauffage au bois industriel et collectif. Cela concerne des installations de taille moyenne ou importante pouvant délivrer une puissance de 50kW à plusieurs MW. La distribution de la chaleur peut se limiter à un bâtiment ou en desservir plusieurs via un réseau de chaleur. Ces réseaux sont capables de chauffer des villes entières. 

 

En Île-de-France, on compte 111 chaufferies biomasse actuellement en fonctionnement, consommant plus de 594 000 tonnes de biomasse par an (biomasse forestière, bois déchet et connexes de sous-produits de l’industrie de première transformation du bois) (source : AREC juin 2020, Suivi des chaufferies biomasse franciliennes).

Galerie d'images

Titre
Le bois dans la transition écologique

Corps

En tant que source de production de chaleur renouvelable disponible sur le territoire, le bois se retrouve au cœur de la transition énergétique, pour réduire nos consommations d’énergie fossiles émettrices de gaz à effet de serre et atténuer le changement climatique.

 

La stratégie Energie Climat de la Région Île-de-France, votée en 2018, définit la biomasse (bois énergie entre autres) comme un important vecteur de développement local pour la réduction de la consommation énergétique et l’augmentation des énergies renouvelables. Ainsi, elle prévoit de porter à 20% la part d’énergies renouvelables et de récupération produites localement d’ici à 2030.

 

Le Schéma Régional Biomasse (SRB) d’Île-de-France, en cours de finalisation, mais également le Programme Régional de la Forêt et du Bois (2019-2029), fixent également une augmentation de la mobilisation de bois énergie de 18% d’ici à 2030 en Île-de-France, suivie d’une stabilisation et d’une baisse à horizon 2050, pour revenir quasiment à son niveau de 2018 (au profit de l’usage bois d’œuvre).

Galerie d'images

Titre
Un impact maîtrisé

Corps

Cependant les usages domestiques du bois bûche sont une des principales sources de pollution de l’air en particules fines, du fait des émissions de particules des équipements individuels de chauffage au bois anciens et peu performants.  Les enjeux et freins à lever pour soutenir le développement du bois énergie sont à prendre en compte dans le contexte particulier de l’Île-de-France, qui présente de fortes disparités sur son territoire. Le cœur de la région, étant particulièrement dense, concentre également les activités économiques et se voit souvent impacté par des enjeux de qualité de l’air. A contrario, la périphérie de l’Île-de-France, plutôt rurale, dispose sur son territoire d’une ressource en bois disponible localement, qui permet également de contribuer à la création d’emplois non délocalisables.

 

Le Plan de Protection de l’Atmosphère (PPA) d’Île-de-France 2018-2025 définit pour l’ensemble de la région les objectifs et les actions de l’Etat permettant de ramener les concentrations d’oxydes d’azotes et de particules en dessous des valeurs limites de qualité de l’air. Il a fixé pour objectif en 2020 une baisse de 28 % des émissions de particules fines (PM10) dues au secteur résidentiel dont le chauffage au bois par rapport aux émissions de 2014.

Galerie d'images

Titre
Quel chauffage domestique choisir ?

Corps

Choisissez un équipement bien dimensionné, installé par un professionnel « Reconnu Garant de l'Environnement » (RGE) et labellisé Flamme Verte.

 

Sélectionnez un combustible sec (< 25% d’humidité), fourni par un professionnel certifié ou une marque (France Bois Bûche, NF, ONF énergie bois, Din+, EN+, CBQ+) et prévoyez un stockage adéquat (à l’abri de l’humidité et ventilé). Si vous faîtes le choix d’un combustible humide, interrogez un professionnel pour connaître la durée de séchage.

 

Enfin, optez pour un entretien régulier à faire réaliser par un professionnel, un décendrage assidu et des techniques modernes (allumage par le haut, inserts, appareil avec cycle de marche/arrêt optimisé, …) qui garantiront un fonctionnement optimal de votre appareil. Cela permettra la combustion totale du combustible.

Galerie d'images